Cancer : plébiscite des approches thérapeutiques complémentaires

Barometre-Cancer-Institut-Curie
Les Français sont de plus en plus nombreux à plébisciter les approches complémentaires telles que le yoga, la sophrologie, l’hypnose ou le sport adapté dans le traitement du cancer, selon un sondage rendu public jeudi.

Plus précisément : 72 % des Français considèrent comme importantes les approches complémentaires en support des traitements médicaux : prise en charge de la douleur, soutien psychologique, accompagnement social, nutrition, rééducation fonctionnelle, soins palliatifs, avec notamment des approches psycho-corporelles telles que l’ostéopathie, l’acupuncture, la relaxation, la sophrologie, l’hypnose, le yoga… C’est le résultat d’une étude qui vient d’être publiée par l’Institut Curie et Viavoice, intitulée Baromètre cancer 2013.

Les personnes interrogées attendent des approches complémentaires et alternatives un soutien, un réconfort psychologique (43 %), une amélioration de la condition psychique et physique (18 %), une diminution des effets secondaires et des douleurs (17 %) ainsi qu’une rupture de l’isolement (12 %).

Extrait-Institut_curie_-_barometre_cancer_2013

Selon l’AFP, « les approches complémentaires se sont développées ces dernières années parallèlement à l’amélioration des traitements anticancéreux et à l’augmentation du nombre de patients en rémission. Elles visent à apporter un bien-être tout en soulageant certains effets secondaires des traitements comme les douleurs chroniques, les insomnies ou l’angoisse. » Elles sont pour l’instant disponibles dans un nombre restreint d’hôpitaux, mais sont de plus en plus souvent proposées dans des structures extra-hospitalières.

Pour l’Institut Curie, « plusieurs enseignements peuvent être tirés de cette étude, qui sera renouvelée annuellement. A terme, ces résultats permettront d’apporter des pistes de réflexion sur la manière de vivre avec un cancer, de mieux comprendre la maladie et de mieux vivre « l’après maladie ». Les tendances observées en 2013 abordent quatre thématiques principales : les espoirs de la recherche, la prise en charge ambulatoire, la psycho-oncologie et les approches complémentaires, ainsi que l’information patient.

Au-delà des avancées porteuses d’espoir — les Français  affichent ainsi une confiance envers les techniques et les traitements développés pour guérir les cancers — ils souhaitent accéder à des traitements personnalisés, prenant en compte le maintien du lien social, élément déterminant. Près de 8 personnes sur 10 estiment ainsi qu’une hospitalisation de jour, qui permet au patient de rentrer chez lui après les soins, est préférable à une hospitalisation classique. Ainsi, il ne rompt pas avec sa vie quotidienne et reste auprès de ses proches.

soutient-contre-cancerLes personnes attendent un discours de vérité. Toute forme de discours édulcoré semble contribuer à délivrer un sentiment d’opacité aux Français. Ainsi, le fait d’être bien informé et d’avoir la possibilité d’échanges avec les professionnels de santé sont perçus comme deux éléments majeurs pour améliorer la qualité de vie.

La vie après un cancer : entre difficultés psychologiques et réinsertion professionnelle. Si 72% des interviewés ont le sentiment qu’il est possible de retrouver la même vie après un cancer, ils sont tout de même 30% à estimer que la réinsertion professionnelle risque d’être une difficulté. 21% évoquent spontanément les difficultés psychologiques, notamment liées à la crainte d’une rechute. »

Source : sondage effectué par téléphone entre le 8 juin et le 13 août 2013 auprès d’un échantillon de 1008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Photo – Une : DR Institut Curie. N&B : Erik Söderström.

Pour télécharger le dossier de Presse complet :

institut_curie_-_barometre_cancer_2013