Comment aider un proche atteint de stress post-traumatique ?

Lorsque l’un de nos proches est touché par un stress post-traumatique, nous ne savons pas toujours comment l’aider. Cet article vous apprendra à mieux communiquer et soutenir vos proches.

Il est commun pour les personnes vivant un état de stress post-traumatique (ESPT) de s’éloigner pendant un temps de leurs amis et de leurs familles.
Gardez à l’esprit qu’il est essentiel de respecter les limites de vos proches, cependant une isolation trop forte dans une période de stress post-traumatique peut devenir malsaine.
Votre compassion et votre soutien peuvent aider une personne vivant un ESPT pour surmonter les sentiments d’impuissances et de chagrins qui ont découlent régulièrement.
Les experts en traumatologie affirment que recevoir de l’amour des siens est le facteur le plus important pour se remettre d’un ESPT.
Montrer votre amour et votre soutien, cependant n’essayez pas de vous transformer en thérapeute.
Vous jouerez un rôle positif dans le processus de guérison en passant du temps avec vos proches et en les écoutant attentivement.

Pourquoi nos proches atteints d’un état de stress post-traumatique peuvent être réticents à demander du soutien ?

Nos proches peuvent :
• Avoir peur de perdre le contrôle
• Se sentir faible ou honteux
• Peur d’être un fardeau pour les autres
• Penser que leur entourage ne peut pas comprendre
• Souhaiter arrêter de penser aux événements
• Avoir peur de la pitié

Comment bien écouter une personne victime d’un état de stress post-traumatique ?

Bien que vous devriez pas pousser une personne réticente à parler, vous pouvez lui rappeler que vous êtes disponible pour elle.
Si votre proche est réticent, vous pouvez lui indiquer que vous l’écouterez sans juger et que vous ne vous apprêtez pas à lui donner des conseils.
Faites simplement de votre mieux pour prendre et comprendre ce que vos proches disent.
Une personne avec un ESPT peut avoir besoin de parler de l’événement traumatique encore et encore.
Cela fait partie du processus de guérison, ne lui dites surtout pas d’arrêter d’y penser et d’aller de l’avant.
Si vos proches répètent l’histoire, c’est qu’ils ont encore besoin d’en parler.
Offrez donc à vos proches l’opportunité d’en reparler.

Les pièges de la communication à éviter avec un proche en état de stress post-traumatique

• Dire que tout va bien se passer
• Donner des réponses faciles
• Offrir des conseils non-sollicités
• Blâmer vos problèmes personnels avec la personne sur le compte de l’ESPT
• Minimiser les faits
• Dire à la personne de reprendre le dessus
• Dire qu’il y a pire dans la vie
• Donner des ultimatums à la personne