Étude : Comment les oméga-3 stimulent le cerveau

De nombreuses études s’accordent pour dire que les acides gras oméga-3 sont bénéfiques pour notre santé. Une étude réalisée par des chercheurs français (1) lève partiellement le voile sur leur mode d’action.

La consommation d’acides gras polyinsaturés (comme les acides gras oméga-3) est bénéfique pour la santé. Ces effets vont de la différenciation neuronale (la différenciation est un processus contribuant à la maturation des neurones) à la protection contre l’ischémie cérébrale (diminution de l’apport sanguin artériel). Les mécanismes moléculaires responsables de ces effets sont cependant assez mal compris. Des chercheurs se sont donc penchés sur le rôle de ces acides gras dans le fonctionnement de la membrane des cellules.

Les travaux, parus dans la revue Science, montrent que des membranes cellulaires ou artificielles riches en lipides polyinsaturés sont beaucoup plus sensibles à l’action de deux protéines, la dynamine et l’endophiline qui déforment et découpent les membranes. D’autres mesures de l’étude et des simulations suggèrent que ces lipides rendent aussi les membranes plus malléables.

La présence des lipides polyinsaturés pourrait expliquer la rapidité du recyclage des vésicules synaptiques. L’abondance de ces lipides dans le cerveau pourrait ainsi représenter un avantage majeur pour les fonctions cognitives.

À lire sur : Futura Sciences

(1) Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire (CNRS, Université Nice Sophia Antipolis), Unité Compartimentation et dynamique cellulaires (CNRS, Institut Curie, UPMC), Inserm et Université de Poitiers.

Une vie saine doublerait l’espérance de vie !

Une vie saine doublerait l’espérance de vie !zoom
Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Zurich a calculé le temps qu’il nous reste à vivre selon notre mode de vie. Si les recherches n’incluent que des personnes âgées de 65 et 75 ans, chacun peut s’identifier puisque l’estimation se base sur quatre critères de mode de vie : la consommation de tabac, la consommation d’alcool, l’exercice physique et l’alimentation.

L’étude a porté sur 16 000 personnes, âgées de 65 à 75 ans. Parmi les hommes, les résultats indiquent que ceux fumant des cigarettes, buvant régulièrement de l’alcool, pratiquant peu d’activités sportives et mangeant très peu de fruits, n’ont que 35 % de chances de vivre une décennie de plus. En revanche, selon ces travaux, les hommes du même âge ayant un mode de vie inverse dit «sain», ont eux 67% de chance de vivre au moins encore 10 ans !
Lire la suite sur : RT Flash

Lever le voile sur les rêves

Énigmatique et incontrôlable, le rêve est une activité cérébrale comme les autres, que les chercheurs peuvent étudier. C’est ce que nous explique Isabelle Arnulf, neurologue spécialiste du sommeil et auteur d’«Une fenêtre sur les rêves», paru chez Odile Jacob.
Lire la suite sur : CNRS, le journal