Est ce que l’EMDR fonctionne comme une thérapie ?


On se croirait tout droit sorti d’une bande dessinée sur l’hypnose: Un charlatan noir masqué tire un pendule en face d’un patient qui  fait du ping-pong avec ses yeux en retour.

Un  traitement encore peu développé en France, connu sous le nom d’EMDR, ou Mouvement des yeux, Désensibilisation et Retraitement (de l’information), gagne du terrain en tant que traitement potentiel pour les personnes qui ont subies des formes graves de traumatisme.

Voici l’idée: La personne doit se concentrer sur l’image traumatisante ou la pensée négative tout en bougeant ses yeux en avant et en arrière. Le patient doit alors noter les sensations qui peuvent lui venir à l’esprit. Ces étapes sont répétées tout au long de la session.

La psychologue Francine Shapiro a inventé l’EMDR dans les années 1980 après avoir remarqué que le déplacement des yeux de gauche à droite semblait réduire l’occurrence de ses propres souvenirs pénibles. Plus tard, elle a théorisé que le traumatisme provoque des émotions négatives stockées dans le même réseau de mémoire comme un événement troublant. L’EMDR, selon elle, aide à re-configurer ces connexions.

Certains experts pensent que les mouvements oculaires aident à retravailler ces souvenirs de manière à leur faire perdre une partie de leur pouvoir traumatique.

Les personnes qui ont expérimentées l’EMDR témoignent que leurs souvenirs deviennent moins intenses et plus lointains, qu’ils semblent plus loin dans le passé et qu’il devient de plus en plus difficile de se concentrer dessus.

Il est toutefois survenue une certaine controverse quant à savoir si la partie des mouvements oculaires de l’EMDR était vraiment nécessaire. Car finalement, le reste de la session de l’EMDR ressemble à un rendez-vous de thérapie standard, avec le patient qui échange sur ses expériences passées auprès de son thérapeute.

Certaines méta-analyses ont permit de démontrer que l’EMDR n’est pas plus efficace que la thérapie cognitivo-comportementale pour les victimes de traumatismes. Mais une étude de 2011 qui a comparée les personnes souffrant de troubles post traumatiques avec et sans des sessions d’EMDR a permit de révéler une réduction plus importante de leur traumatisme et de leur malaise. Le résultat de l’étude est ici.

D’autres personnes prétendent que le véritable avantage de l’EMDR est qu’elle permet de travailler beaucoup plus rapidement que les formes plus traditionnelles de thérapie.

Selon Shapiro, la recherche montre que 84 à 100% des victimes de traumatismes « simples » ne ressentent plus le stress post-traumatique après trois séances de thérapie EMDR de 90 minutes .

Vincent Felitti, l’un des principaux chercheurs au monde sur les traumatismes liés à l’enfance, a reconnu récemment qu’il recommanderait désormais ses patients à l’EMDR, plutôt qu’à la psychothérapie conventionnelle, car pour lui, « l’inconvénient des approches classiques comme la psychothérapie est qu’elles sont très chères et inabordables pour la plupart des gens ».

L’association psychiatrique Américaine, la Société internationale d’études sur le stress post-traumatique, et les ministères de la Défense et des Anciens combattants aux Etats Unis recommandent tous l’EMDR.

Une étude récente a révélé que l’EMDR pourrait être efficace notamment pour les réfugiés syriens. Une autre étude a constaté que les soldats et les anciens combattants étaient également favorablement receptifs à l’EMDR.

Finalement, comme avec la plupart des traitements, il n’existe pas de procédé universel pour aller mieux, mais probablement plusieurs manières d’envisager les traitements et plusieurs manières de réagir face aux traitements, en fonction des personnes.

Un exemple de séance d’EMDR: