Flore intestinale, secret de votre santé


Dans notre intestin, des milliards de bactéries se nourrissant de nos résidus alimentaires constituent ce que l’on nommait autrefois « flore intestinale »

et qui est maintenant appelé « microbiote intestinal ». De nombreux travaux récents montrent que ces bactéries constituent un véritable organe capable de contrôler notre poids, notre état de santé et notre comportement puisqu’elles communiquent avec notre cerveau. En effet, des médiateurs chimiques sécrétés dans notre intestin passent dans la circulation sanguine et agissent directement sur notre fonctionnement cérébral et donc sur notre niveau d’anxiété, notre humeur, etc.

Votre-intestin-secret-de-votre-santeLe Dr. Michel Lenois a voulu faire le point dans un livre paru chez Grancher sur cette nouvelle branche passionnante et pleine d’avenir de la médecine. Dans un futur proche, en effet, il sera possible d’agir sur ce microbiote intestinal et de le modifier afin d’améliorer notre état de santé. Le contenu de nos intestins influençant le fonctionnement de notre corps et même de notre cerveau, voici une notion tout à fait révolutionnaire…

Dans notre société, les excréments sont unanimement reconnus comme quelque chose de répugnant, un déchet malodorant sans aucun intérêt (sauf peut-être pour les cultivateurs bio qui peuvent s’en servir comme engrais naturel). Aussitôt émises, les selles sont évacuées au moyen de la chasse d’eau sans généralement être regardées, et partent dans des canalisations obscures, bien à l’abri du regard, et on se dépêche de les oublier. On s’en lave les mains, au propre comme au figuré. Le terme populaire et bien connu de tous servant à les désigner ne doit pas être employé en société quand on est « poli ». Et pourtant, des découvertes récentes prouvent non seulement que le contenu de nos intestins (autrement dit la m…) mérite largement la peine d’être étudié, mais que cette étude est passionnante et très prometteuse, en particulier dans le domaine de la thérapeutique.

Des études ultérieures ont montré qu’il existait un lien très fort entre les particularités de ce microbiote et de nombreuses affections non intestinales comme l’obésité, le diabète, et même très certainement l’autisme.

Lire la suite page suivante