Pour aller mieux, courez avec un thérapeute !

pour aller mieux
La « Dynamic Running Therapy (DRT) » (thérapie dynamique par le jogging) fait des émules à Londres. De quoi s’agit-il ? D’une pratique qui permet de se sentir mieux en courant, avec l’aide d’un thérapeute à vos côtés. Au dire des praticiens qui proposent la chose, lorsque vous courrez et parlez en même temps, vous retirez votre attention sur l’aspect qui peut être stressant dans chacune de ces deux activités. Cela permettrait d’avoir des échanges plus libres que lorsqu’on se tient maladroitement dans le cabinet d’un thérapeute en se ressassant ses problèmes. Ce DRT serait une thérapie proactive permettant de mieux unifier l’esprit et le corps, et serait particulièrement conseillé aux personnes souffrant de dépression ou d’anxiété, ou celles qui se remettent d’un traumatisme.

Cette pratique peut paraitre très bizarre et opportuniste, mais certaines de ses caractéristiques font réfléchir. Comme tous les coureurs le savent et comme la recherche à pu le mettre en évidence, le fait de courir, outre la production très agréable d’endorphines, provoque un état de relaxation agréable, parfois euphorisant qui nous permet de nous nettoyer la tête, de stimuler la créativité et de réduire le stress. Comme lorsque nous écoutons de la musique tout en courant, ce que les psychologues du sport appellent « dissociation ». Cette distraction déplace notre attention de la fatigue ou de la douleur ou l’anxiété. C’est cette disponibilité d’esprit, ce calme dans la tempête que le thérapeute est censé attraper au vol pour parler avec son patient en courant avec lui, afin de faciliter l’accouchement psychologique de ses problèmes (sans qu’il ne s’en rende compte vraiment).

Une relaxation dynamique pour aller mieux

« Alors que le mental discute dans un flot de conscience relativement ouvert, évoquant son passé, ses possibilités futures, vous arrivez à la fin de la course tout surpris d’avoir évoqué ouvertement autant de sujets », raconte un participant à une session. « Heureusement notre corps est assez intelligent pour que nous ne tombions pas alors même que nous sommes dans une sorte d’immersion en nous-mêmes ». Ainsi pratiqué, le cerveau serait dans un état d’ouverture, de moindre rumination, de moindre jugement et plus dans l’observation détachée de sa propre vie. Autant de circonstances qui peuvent se prêter avantageusement à une thérapie dynamique.

Pour certains pratiquants, que ce soit avec un thérapeute ou tout simplement son meilleur ami, le DRT peut ressembler à une sorte de yoga permettant de faire une meilleure connexion entre l’esprit et le corps. Le psychothérapeute William Pullen estime que ce genre de consultation dans un environnement dynamique, riche en changements, et moins statique aide les patients à se livrer sans avoir les épaules trop coincées. « J’ai eu un client qui grâce à cette pratique dynamique est sorti de son inertie, a surmonté son mariage raté, s’est remarié et a arrêté de fumer ». La marche ou la course est au sens propre comme au sens figuré un très bon moyen d’aller de l’avant, de mettre un à un, un pied devant l’autre, ce qui est un bon moyen pour que les choses changent dans notre vie…

A lire également :

– Les bienfaits du jogging court
– Régime sans gluten et sport : le cas Djokovic

Photo : Claude Robillard (cc)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.