Les chercheurs de Harvard révèlent une nouvelle théorie sur Alzheimer

Les chercheurs de Harvard ont offert la semaine dernière une nouvelle théorie sur la maladie d’Alzheimer qui – si elle s’avère juste – pourrait bouleverser notre compréhension de la maladie et permettre de proposer de nouvelles voies pour le traitement et la prévention de la maladie.

Les chercheurs pensent que le système immunitaire peut jouer un rôle clé dans le développement de la maladie d’Alzheimer, qui vole lentement et inexorablement la mémoire des victimes avant de leur être finalement fatale.

Une protéine appelée bêta-amyloïde, longtemps considérée comme le mauvais acteur dans la maladie d’Alzheimer, joue également un rôle positif dans la lutte contre les bactéries et les champignons chez les souris, les vers et les cellules. C’est ce qu’on montré les chercheurs dans un nouveau document ici.

En supposant que cela s’applique aussi aux humains, il est suggéré que se débarrasser de l’amyloïde, ce qui est l’objectif de certains médicaments administrés dans le cadre d’Alzheimer, pourrait en fait être dangereux, alors que les approches qui stimulent le système immunitaire pourrait être plus sûres et plus efficaces.

Dans cette perspective, la maladie d’Alzheimer serait en fait déclenchée par une réponse immunitaire normale en réponse à des bactéries ou d’autres agents pathogènes. C’est la théorie développé par les auteurs de l’article, Rudy Tanzi et Robert Moir, tous deux de la célèbre université médicale de Harvard.

Et l’Amyloïde « allume le feu », a déclaré Rudy Tanzi, dont le travail a été soutenu par une subvention du Fonds contre la maladie d’Alzheimer. « Nous pensons que cette protéine est censée être bénéfique, mais elle peut se retourner contre vous et causer des problèmes. »

D’après Rudy Tanzi, cela ne signifie pas que la maladie d’Alzheimer est contagieuse, mais que le cerveau de certaines personnes peut réagir de façon excessive ou se laisser submerger par une variété d’agents pathogènes, y compris la chlamydia, l’herpès et la bactérie qui cause la maladie de Lyme. Et il est possible que le cerveau des jeunes puisse mieux réagir que celui des personnes plus âgées.

Ce point de vue ajoute du crédit à l’idée que l’exercice, le sommeil de bonne qualité, une alimentation saine et d’autres facteurs de style de vie tels que le traitement des maladies des gencives peut aider à prévenir la maladie d’Alzheimer, selon Rudy Tanzi, qui a co-écrit un livre, « super Gènes », avec Deepak Chopra, portant sur la façon dont la vie saine peut aider les gens à éviter la maladie d’Alzheimer.

James Hendrix, directeur des initiatives scientifiques mondiales de l’Association Alzheimer, a convenu que les facteurs de style de vie peuvent faire une différence cruciale. « Si notre cerveau fonctionne correctement et travaille comme il le doit, sera en mesure de combattre l’infection».

Les vaccins ou les médicaments qui réduisent l’inflammation peuvent également être utiles a déclaré Gary Small, professeur de psychiatrie et de vieillissement à l’Institut Semel de UCLA. Ses propres recherches ont montré que les personnes en bonne santé qui ont pris des médicaments anti-inflammatoires pendant 18 mois avaient un meilleur fonctionnement du cerveau que ceux qui avaient pris un placebo. Mais s’ils ont commencé les médicaments après que la maladie d’Alzheimer ait commencé à se développer, cela pourrait accélérer la maladie. «Il existe un seuil » mais les chercheurs ne savent pas encore où il se trouve.

Plusieurs scientifiques du monde entier ont salué ces nouvelles recherches et ont encouragé les chercheurs à poursuivre l’étude.

« Je pense que c’est une théorie très intéressante », a déclaré Ashley Bush, professeur de neurosciences à l’Université de Melbourne en Australie.

Le travail est loin d’être concluant, et les idées contenues dans cette nouvelle recherche ne sont pas entièrement nouvelles a déclaré pessimiste, Bruce Kagan, professeur de psychiatrie clinique à UCLA. « Nous avons déjà réussi à guérir Alzheimer chez la souris il y a plus d’une décennie, mais aucun de ces médicaments fonctionne chez les humains. »

Robert Moir a considéré cette nouvelle théorie en s’intéressant à une protéine immunitaire appelée LL-37 qui agit comme l’amyloïde. La LL-37 est essentielle pour maintenir le cerveau en bonne santé, mais un excès de la protéine a été associée à des maux, des maladies cardiaques et à l’arthrite rhumatoïde.

Les chercheurs sur Alzheimer avaient jusqu’à présent toujours considéré l’amyloïde comme « négativement » impliquée dans le processus, et uniquement responsable des activités destructrices, mais Robert Moir pense que l’amyloïde doit aussi avoir un rôle positif.

Dans les tests menés par l »équipe chez les souris, les vers et les cellules, l’amyloïde a contribué à tuer les agents pathogènes en les entourant et les emprisonnant.