3 façons d’exprimer notre anxiété lorsque nous ne sommes pas compris

3 façons d’exprimer notre anxiété lorsque nous ne sommes pas compris

1. Comparez votre ressenti à une situation familière

De nombreuses personnes qui n’ont jamais connu l’anxiété peuvent imaginer que cela doit être semblable avec la pression qu’elles ont pu ressentir avant une présentation professionnelle importante, ou avant d’accoster une personne pour la première fois.
Bien que l’anxiété puisse effectivement se rapprocher de cette pression, cette description ne se rapproche pas de l’anxiété que nous connaissons au quotidien.
L’anxiété peut se rapprocher de ce que nous pourrions ressentir seul dans une maison lugubre.
Nous entendons un bruit ou un craquement qui serait anodin en pleine journée, mais qui est inquiétant en pleine nuit.
Nous sommes ainsi conduits à prêter une attention plus grande à ce qui se situe autour de nous, qu’il s’agisse de bruits, d’odeurs ou de sons.
Notre corps essaie de déterminer si nous sommes menacés et nous tournons dans notre lit jusqu’à ce que finalement nous nous rendormions.
Cette métaphore représente le pic d’attention de l’anxiété et le soulagement qui la suit.
Peut-être que pour faire comprendre les émotions liées à votre anxiété, vous trouverez une métaphore plus juste pour vous, ou plus compréhensible pour votre entourage.

2. Exprimez comment l’anxiété impacte les petites choses

Les personnes qui ne se sont jamais débattues avec l’anxiété peuvent avoir des difficultés à comprendre comment elle peut impacter notre quotidien.
Nous pouvons exprimer notre anxiété à travers une situation spécifique que nous vivons régulièrement.
Par exemple, nous sommes nombreux à utiliser les emails tous les jours.
Dans ce cas certaines de nos angoisses peuvent ressurgir dans ce geste quotidien.
Pour ma part, l’angoisse de l’interaction sociale qui porte une ombre sur mes relations en ligne, en vrai, avec des étrangers et même en face des proches, ressort lorsque je dois écrire à des collègues que je connais moyennement.
Dans un premier temps je vérifie l’orthographe puis je supprime et remplace les mots dont je ne suis pas sûr de maitriser totalement le sens (et j’ai d’énormes doutes quand je suis dans cette situation), craignant d’avoir l’air stupide.
Puis, j’analyse à nouveau mot par mot en imaginant ce qui pourrait offenser l’un de mes collègues.
Je me demande ensuite si mon email pourrait être mal interprété, par exemple si un collègue venait à me dire que ce n’est pas à moi de faire ça.
Ensuite, je relis l’orthographe…
Les explications sur un fait précis donnent une image plus juste de ce que l’anxiété nous fait faire au quotidien qu’une métaphore.
Ce type d’explication peut aussi parfois nous aider à soulager une partie de notre anxiété.

3. Avouons que nous ne savons pas toujours exactement ce qui nous rend soucieux

Même notre famille et nos amis les plus proches peuvent parfois se sentir confus ou frustrés par la forme aléatoire que peut prendre l’anxiété dans certains cas.
L’anxiété ce n’est pas toujours une action A qui conduit à une émotion B, l’anxiété est parfois imprévisible.
Pour ma part, l’anxiété prend souvent la forme de l’insomnie.
Je me réveille en panique avec le cœur qui bat à 100 à l’heure.
Je ne sais pas toujours l’expliquer à mes proches, je n’ai pas toujours une raison particulière.
Mon inquiétude n’est pas toujours rationnelle.

Ce ne sont que mes propres expériences avec ma propre angoisse, bien sûr. Les vôtres sont probablement différents.

Mais si vous avez des difficultés à exprimer une partie de votre anxiété, peut-être que certaines de ces descriptions vous seront utiles…