Intestin et psychisme : des influences croisées

Des expériences menées chez des souris et chez des hommes montrent que le microbiote intestinal peut influencer notre comportement.

Voici un nouvel extrait du livre du Dr Michel Lenois, sur les intestins, qui montre comment les intestins peuvent jouer un rôle prépondérant sur nos humeurs…

« On sait que dans la paroi intestinale se trouvent des vaisseaux sanguins et lymphatiques, ainsi que des neurones et des fibres nerveuses. Étant donné que la « flore intestinale » aussi appelée « microbiote intestinal » se trouve au contact de cette paroi, on peut imaginer une communication vers le cerveau par l’intermédiaire de nerfs et/ou de vaisseaux.

Le nerf vague (encore appelé pneumogastrique) relie assez directement les intestins et le cerveau. C’est lui qui contrôle la motricité intestinale, c’est par lui également que transiteront les signaux de la douleur en cas de souffrance des intestins. Il assure donc l’échange d’informations dans les deux sens.
On sait que ce microbiote sécrète de très nombreuses substances, dont certaines sont identifiées, par exemple la vitamine K. On connaît également d’autres substances produites par le microbiote qui peuvent agir sur le système nerveux, entre autres une substance nommée GABA et des précurseurs de la dopamine et de la sérotonine, deux neuromédiateurs bien connus.

Mais il en existe probablement des dizaines qui n’ont pas encore été repérées. Ces substances peuvent passer dans la circulation par la paroi intestinale et sont ensuite véhiculées dans tout l’organisme, dont le cerveau. Les recherches actuelles portent tout particulièrement sur le rôle que peuvent jouer les acides gras à courte chaîne (synthétisés par la flore intestinale) sur le fonctionnement du cerveau.

Lire la suite en p 2