Prendre soin de soi et devenir acteur de sa santé

Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste attaché des hôpitaux de Paris (1) et spécialiste en hygiène alimentaire estime que l’on pourrait réduire fortement notre consommation en frais de santé en se responsabilisant et en devenant de véritables acteurs de notre Santé. Et si l’approche des pratiques alternatives (Qi gong, Taïchi, diététique, hygiène de vie…) était un bon moyen de prévention, qui pourrait, par ricochet, faire d’importantes économies à la Sécurité sociale ? Cette dernière essaie d’ailleurs de se mobiliser sur le sujet.

Dans une interview « C’est notre responsabilité d’être en bonne santé » donnée au magazine La Vie, Frédéric Saldmann répond à la question suivante :

D’après vous, une consultation sur deux est inutile et l’on pourrait se passer de nombreux médicaments. N’est-ce pas exagéré ?

« Prenez le diabète, l’hypertension et le cholestérol : des millions de patients suivent des traitements censés les protéger des maladies cardiovasculaires. En réalité, comme le montrent les statistiques, ces médicaments ne traitent pas vraiment la cause et diminuent légèrement les risques, parfois au prix d’effets secondaires fâcheux. Pourtant, en modifiant simplement l’hygiène de vie, en perdant du poids et en pratiquant une activité physique régulière, on pourrait se passer de certains traitements. Des pays comme la Grande-Bretagne refusent désormais de rembourser certaines interventions lorsque les gens ne font pas d’effort (tabac, excès de poids, sédentarité…). La voie que je propose demande du courage, mais c’est notre responsabilité d’être en bonne santé. »

Prendre soin de soi pour réduire les coûts de la santé

Cette approche intéresse de plus en plus les pouvoirs publics et les acteurs de la santé. Mieux informés seront les usagers et mieux ils pourront mieux gérer leur santé. C’est d’ailleurs l’apport de l’internet qui est mis en avant par le Service public d’Information en Santé (SPIS). Ce débat s’inscrit dans le cadre de la refondation de notre système de santé et dans la perspective de l’élaboration de la future loi de santé publique 2014. L’objectif est d’associer les citoyens et l’ensemble des acteurs de santé à l’élaboration de la Stratégie Nationale de Santé (SNS).

Dans ces domaines, il y a beaucoup d’exemples à l’étranger qui peuvent être intéressants à suivre, avec des réponses qui s’appuient sur des modèles d’organisation ayant repensé l’exercice de la médecine avec trois objectifs : partir des besoins d’une population, améliorer la qualité des soins et réduire les coûts.

Quand on sait que 30 % des dépenses de santé sont inappropriées n’est-il pas temps de mieux promouvoir l’idée du citoyen acteur de sa santé et parallèlement de repenser les pratiques de santé en France en prenant en compte la complémentarité fructueuse entre médecine classique et médecines complémentaires et alternatives ?

 (1) : Il est l’auteur de Le meilleur médicament, c’est vous !, Frédéric Saldmann, Albin Michel, 2013.

Le meilleur médicament c'est vous !